Shiatsu pendant la grossesse

Ce que vous allez trouver dans cet article[Masquer]
Femme enceinte se fait masser le dos

Entretien avec Saracens Imma, thérapeute de « shiatsu » et de doula. Le « shiatsu » a des effets positifs pendant la grossesse, non seulement d'un point de vue physique, mais aussi émotionnel.

 

Quels sont les avantages du « shiatsu » pendant la grossesse?

Le « shiatsu » a des effets positifs au cours de la grossesse, non seulement d'un point de vue physique, mais aussi émotionnel. Le « shiatsu » permet d’augmenter la conscience du corps, et joint cette prise de conscience aux émotions.

C’est aussi un grand stimulateur du développement sensoriel du bébé qui commence à acquérir des expériences physiques et mentales au travers de sa mère. De plus, le «shiatsu» peut être d'une grande aide pour faire face aux humeurs fluctuantes si fréquentes au cours des derniers mois de la grossesse.

Sur un plan physique, le « shiatsu » soulage et prévient les problèmes caractéristiques de la grossesse tels que les nausées, les vomissements, les maux de dos, les problèmes digestifs, l'insomnie, les œdèmes, les crampes aux jambes et la constipation. Le « shiatsu » permet également d’aider le bébé à changer de position, au cas où celui-ci se présente par le siège. En résumé, le «shiatsu» aide les femmes enceintes à jouir d'une meilleure qualité de vie et de bien-être au cours de ces mois uniques et irremplaçables.

Qu'est-ce qu'un thérapeute « shiatsu » pendant la grossesse?

Le travail du thérapeute « shiatsu » dépend de la femme et de la période de gestation dans laquelle elle se trouve. Le « shiatsu » ne suit pas toujours le même massage de routine. Le thérapeute «écoute» le récepteur avec ses mains, c'est le corps de la femme qui dicte quels étirements ou mobilisations doivent être effectués, quels méridiens doivent travailler et avec quel type d'énergie doit être effectué le travail.

L’énergie du corps change constamment, et le thérapeute doit être capable d'interpréter ces changements, et doit faire preuve de flexibilité pendant le traitement. D'autre part, pour la préparation à l'accouchement, je suggère généralement certaines visualisations que la mère peut utiliser lorsque le temps est venu et, dans le cas où je me trouve à ses côtés à ce moment-là, je les lui rappelle, afin de faciliter le travail.

Combien de séances sont nécessaires et avec quelle fréquence faut-il s’y rendre?

Le nombre et la fréquence des séances varient selon les femmes. Néanmoins, je recommande généralement une séance par mois, depuis la conception jusqu’à la 32ème semaine de gestation. À partir de cette semaine, la femme enceinte devrait assister à une séance tous les 15 jours ; à ce stade de la grossesse, vous pouvez voir comment le bébé est placé, et vous pouvez l’aider au cas où il se présente par le siège.

Quoi qu'il en soit, c'est quelque chose de très personnel, certaines femmes préfèrent faire une séance par semaine au cours du dernier mois, et d'autres, cependant, trouvent qu’une séance par mois est suffisante.

Dans quels cas le shiatsu est contre-indiqué?

Le « shiatsu » n'est en aucun cas nocif, à moins que la femme ne développe un cancer, mais nous serions alors en train de parler d'une grossesse à haut risque. Cependant, la nature est très sage et, dans des cas similaires, la grossesse échoue souvent au cours les premières semaines.

Est-ce que « shiatsu » remplace les cours de préparation à l'accouchement?

Absolument pas. Les classes de préparation maternelles vous offre des informations précieuses, elles vous apprennent à préparer votre corps par vous-même, à vous responsabiliser de votre grossesse et de votre enfant. Le rôle des femmes y est plus conscient, plus actif. Pendant les sessions de « shiatsu », cependant, la femme est active de manière semi-consciente, en raison de l’immense degré de relaxation qu’elle peut atteindre. C'est donc un travail plus profond, et qui se fait dans un sens très différent.

banner bebe