J'ai donné une fessée à mon enfant

Enfant qui pleure

Quand on ne sait plus comment contrôler son enfant, est-ce qu'on peut lui donner une fessée ? Nous vous expliquons pourquoi la fessée peut être contre-productive dans l'éducation de votre enfant.

 

Une recherche menée aux États-Unis sur un échantillon de 1.500 enfants âgés de 2 à 4 ans a révélée un fait intéressant : les enfants qui reçoivent régulièrement des sanctions physiques ont tendance à violer les interdictions établies par leurs parents. En revanche, ceux qui n'ont pas reçu de punitions corporelles sont moins tenaces et respectent plus facilement les règles.

*
*
*

*

*

Pour quelle raison ? La fessée n'est pas un moyen de convaincre un enfant. Par elle, vous imposez la loi du plus fort. Votre enfant pense qu'il doit faire ce que vous lui dites, non pas parce que cela est juste, mais parce que vous êtes plus grand et plus fort. Il se sent offensé, violenté et il accumule des rancœurs qui durent souvent longtemps.

Il y a une autre raison pour laquelle il est déconseillé d'avoir  recours à la fessée : vous courez le risque que l'usage de la force paraisse normal à votre enfant. Il la considèrera alors comme un moyen acceptable de résoudre les conflits. Si ses parents le font, pourquoi ne pas utiliser les rapports de force au parc ou à l'école avec ses petits camarades ?

Dans le cas où un enfant a perdu tout son sang-froid et est totalement hors de contrôle, certains pédiatres conseillent de l'isoler pendant un moment. Mettez-le dans sa chambre pendant 2 ou 3 minutes, en vérifiant toujours qu'il n'y a rien avec quoi il pourrait se faire mal. Après quelques minutes, qui vous sembleront interminables, retournez le voir, asseyez-vous à côté de lui et parlez-lui calmement et avec affection, sans revenir sur ce qui s'est passé et en ne montrant aucune rancœur. Lorsqu'il sera calmé, félicitez votre enfant d'avoir réussi à se tranquilliser.

banner bebe