Que doit manger mon fils pour être une star de football ?

Ballon de football

«Nous étions un peu perdus en matière d’alimentation et cela nous a aidé pour que notre fils mange bien», explique une mère satisfaite.

 
Les nouveaux produits enrichis, l’abus de sodas et de viennoiseries ou comment introduire des aliments tels que les légumes, le poisson ou les fruits sont les thèmes les plus fréquemment abordés par les parents...

 
À 18 heures, la porte d’accès aux terrains d'entraînement est encombrée d’un va et vient de voitures laissant pour l’entrainement les jeunes garçons aspirant à être des stars du Real Madrid. Ce rituel quotidien s’est vu interrompu par une initiative de la direction sportive des jeunes espoirs. «Il y avait un vide dans la santé nutritionnelle des enfants, nous leur donnions des conseils mais il nous manquait l’interaction avec les parents», explique Carlos Diez, chef des Services Médicaux Sanitas - Real Madrid.

L’expérience n’en est qu’à ses débuts. Une conversation d’une heure avec les parents, et une autre plus courte avec les jeunes de toutes les catégories, des benjamins de huit ans aux joueurs du Real Madrid Castilla. Le contenu est très pratique et précis: des menus pour avant et après les matchs et les entraînements, les aliments interdits, les quantités recommandées, etc.

Chaque rencontre démarre par une partie théorique. Puis, c’est au tour des questions-réponses, moment où commence le dialogue avec les parents qui exposent leurs craintes et leurs doutes au sujet de l'alimentation de leurs enfants. En parlant avec eux, les experts s’aperçoivent que de nombreux jeunes mangent à peine au petit déjeuner: «Il est clair que nous devons changer beaucoup de choses, à commencer par le petit déjeuner. La plupart du temps mon enfant boit un peu de lait ou de jus de fruit et va à l'école», dit une mère inquiète. « Il ne s’agit pas non plus d’obliger les garçons ni d’en faire une obsession, mais ils doivent eux-mêmes se rendre compte de l'importance de l’alimentation à ce niveau de sport, car ils jouent leur avenir», explique Damaso Rodriguez, nutritionniste aux Services médicaux Sanitas - Real Madrid, et chargé de conférences.

Pour qu’un enfant mange bien, ses parents doivent donner l'exemple. L'une des batailles avec les enfants est la consommation de légumes, indispensables dans l'alimentation pour la quantité d'antioxydants et de vitamines qu'ils contiennent et que l’on ne trouve pas dans d'autres aliments. La recommandation est claire: les introduire progressivement dans l'alimentation familiale, y compris pour les parents. «Les enfants ne vont pas à manger des épinards, des tomates ou de la laitue si les parents eux-mêmes n’en consomment jamais, c'est impossible», explique Damaso Rodriguez.

Le poisson est un autre cheval de bataille. Les experts recommandent d’en consommer 4 à 5 fois par semaine. Lorsque les enfants, âgés entre 8 et 10 ans entendent cela, ils s’écrient avec surprise « c'est impossible ! », c’est alors que le nutritionniste et les entraîneurs s’empressent d’expliquer que les poissons gras, par exemple, contiennent des oméga-3, un anti-inflammatoire naturel, et que les protéines de ces aliments sont mieux adaptées pour les muscles des joueurs.

À la fin de l’échange, les parents sont très satisfaits et prennent conscience que l'éducation nutritionnelle de leurs enfants est la clé de leur développement et de leur performance physique. Les garçons, dont certains sont encore très jeunes, savent aussi que la nourriture est l'un des facteurs déterminant pour pouvoir être présenté comme la nouvelle star du Real Madrid dans l’avenir.

banner bebe