Fertilité après une greffe de tissu ovarien

Papa et maman avec nouveau-né

Pour la première fois, une femme donne naissance à deux enfants (grossesses séparées), après l'implantation d'un ovaire congelé. Le premier bébé est né après un traitement de fertilité et le deuxième de façon naturelle.

 

Selon un article paru dans la revue Human Reproduction et signé par le médecin et la patiente, au Danemark, une femme a donné naissance à deux enfants après être redevenue fertile grâce à une greffe de tissu ovarien congelé.

Après une greffe de tissu ovarien, Stinne Holm Bergholdt a donné naissance à une petite fille en février 2007 après avoir reçu un traitement de fertilité pour l’aider à tomber enceinte. En 2008, elle s’est aperçue qu’elle attendait un deuxième bébé, conçu de façon naturelle, et a donné naissance à une autre petite fille en septembre de cette année.

Selon son médecin, le Dr Claus Yding Andersen de l'Hôpital Universitaire de Copenhague (Danemark), « c'est la première fois au monde qu'une femme a deux enfants issus de grossesses séparées à la suite d'une greffe de tissu ovarien congelé. »

Le docteur Andersen explique que ces résultats confirment que la cryoconservation de tissu ovarien est une méthode valable de préservation de la fertilité et que l’on devrait encourager le développement de cette technique comme une procédure clinique pour les jeunes femmes soumises à un traitement susceptible d'endommager leurs ovaires.

Jusqu'ici, dans le monde entier, neuf enfants, y compris les deux de Bergholdt, sont nés à la suite d'une greffe de tissu ovarien congelé. Trois d'entre eux sont nés au Danemark après un traitement effectué par le Dr Andersen.

« Mme Bergholdt a donné naissance au premier et au troisième bébé, et une autre femme a donné naissance au deuxième bébé. C’est le plus grand nombre d'enfants nés d'un programme de cryoconservation de l'ovaire dans le monde entier. Il est intéressant de constater que presque toutes les grossesses se sont produites en Europe, ce qui nous place à l'avant-garde de cette technologie », explique le spécialiste.

En 2004, alors qu’elle n’avait que 27 ans, on a diagnostiqué à Stinne Holm Bergholdt un sarcome d'Ewing. Avant le début de sa chimiothérapie, on lui a retiré une partie de son ovaire droit tandis que l'ovaire gauche lui avait été enlevé plusieurs années auparavant à cause d'une tumeur bénigne. Son traitement contre le cancer a été un succès mais les médicaments ont provoqué la ménopause.

En décembre 2005, les médecins ont implanté à la patiente six fines bandes de tissu ovarien sur ce qu’il restait de son ovaire droit, qui a recommencé à fonctionner normalement et, après une légère stimulation, elle est tombée enceinte et a donné naissance à son premier enfant, Aviaja, en février 2007.

Mme Bergholdt a allaité sa petite fille jusqu'en octobre 2007 et en janvier 2008 elle est retournée à la clinique du Dr Andersen pour un nouveau traitement de fertilité ; les tests ont alors révélé qu’elle était déjà enceinte de sa deuxième fille Luca, née en septembre.

« Cela montre que les bandes transplantées à l’origine ont continué à fonctionner durant plus de  quatre ans et que la patiente pouvait encore procréer et donner naissance à des enfants sains. » Actuellement, Mme Bergholdt continue à avoir des cycles menstruels naturels et utilise des mesures préventives pour ne pas tomber enceinte de nouveau.

banner bebe